Les interdictions énoncées dans le Coran : une exploration des interdits religieux et moraux

juillet 6, 2023

En approfondissant l'étude de l'ouvrage fondamental de la foi musulmane, le Coran, nous nous sommes particulièrement attardés sur l'aspect des interdits religieux et moraux. Les préceptes délimitant le licite et l'illicite (halal et haram), constituent une partie essentielle du dogme islamique.

Les fondements coraniques de la licéité et de l'illicéité

Selon la tradition musulmane, le noble Coran est la Parole de Dieu, délivrée au prophète Muhammad, considéré comme le dernier messager divin après une longue lignée de prophètes incluant les figures bibliques d'Abraham, de Moïse et de Jésus. Ainsi, le Coran est considéré comme le livre sacré, le guide moral, religieux et sociétal pour tous les musulmans.

A lire en complément : En islam ou vont les animaux quand ils meurent ?

Il s'agit, dans le texte coranique, de multiples versets interdisant ou prescrivant des actions spécifiques. Dans ce cadre, certains versets du Coran sont considérés comme ayat al-ahkam, les versets législatifs. Ces derniers, conjugués à la Sunna, soit les paroles et les actions du prophète rapportées dans les Hadiths, sont à la base de la jurisprudence islamique, le fiqh.

Dans la compréhension du licite et de l'illicite, le verset 7 de la sourate Al-Baqarah (La Vache) occupe une place centrale. Il stipule : "Il [Dieu] a précisé ce qui est interdit," ce qui ancre l'idée que les interdictions sont clairement énoncées dans le Coran.

Avez-vous vu cela : Les 99 noms d’Allah

the Koran.

Exemples d'interdictions dans le Coran

  1. Les interdictions alimentaires : La consommation de la chair de porc est un exemple d'interdiction alimentaire explicite dans le Coran (Sourate Al-Baqarah, verset 173). De plus, le Coran prohibe aussi la consommation d'animaux morts de manière naturelle, de sang et de nourriture sacrifiée à d'autres qu'Allah (Sourate Al-Baqarah, verset 173 ; Sourate Al-An'am, verset 145 ; Sourate Al-Nahl, verset 115).
  2. Les interdictions en matière de mœurs : Le Coran prohibe l'adultère (Sourate Al-Isra, verset 32), l'homosexualité (Sourate Al-A'raf, verset 81), et l'accusation fausse ou non prouvée d'adultère (Sourate An-Nur, verset 4).
  3. Interdictions en matière financière : L'usure ou l'intérêt (Riba) est interdite (Sourate Al-Baqarah, verset 275-279), tout comme l'acquisition de richesse par des moyens illégaux ou immoraux (Sourate Al-Baqarah, verset 188).

Il est à noter que ces interdictions ne sont pas exhaustives et qu'elles ont été sujettes à de multiples interprétations par les savants musulmans au cours de l'histoire.

the Koran.

Le Coran et l'évolution des interprétations juridiques

Les savants musulmans ont, au fil des siècles, débattu et interprété ces textes pour établir des règles juridiques. En effet, il convient de souligner que le Coran ne comporte pas un code de lois complet et que de nombreux aspects de la vie quotidienne n'y sont pas abordés explicitement. Les exégètes et juristes musulmans se sont donc attelés à définir des règles pour ces situations à partir de principes coraniques plus généraux.

Parmi ces savants, Ibn Abbas est notamment reconnu pour son exégèse du Coran et sa contribution significative au fiqh. Il s'est largement penché sur les questions d'interprétation des interdits coraniques.

the Koran.

La dimension sociale des interdits coraniques

Il convient aussi de comprendre que les interdictions coraniques ne se limitent pas à une dimension strictement religieuse, elles ont également une dimension sociale. Elles structurent les pratiques et les interactions au sein de la communauté musulmane, guidant ainsi les croyants dans leur vie quotidienne.

Par exemple, les interdictions alimentaires ont un impact significatif sur la diète des musulmans et structurant, par extension, une grande partie de leur vie sociale. La prohibition de l'intérêt dans les transactions financières a également conduit à la création de systèmes bancaires et financiers islamiques spécifiques.

Le Coran, à travers ses interdictions, façonne le quotidien des croyants et influence grandement leurs choix et leurs comportements.

Il serait peut-être temps de poser cette question : dans quelle mesure, pensez-vous, ces interdictions coraniques influencent-elles la vie quotidienne des croyants musulmans, et comment ces interdits sont-ils conciliés avec les exigences de la vie moderne ?